Rapatrier une voiture achetée en Italie : faire appel à une entreprise spécialisée

Plaque de transit italienne

Vous avez habitez en Italie, mais vous allez bientôt revenir en France. Vous souhaitez emmener votre nouvelle voiture avec vous lors de votre déménagement. Vous venez d’acheter une voiture en Italie et recherchez un moyen sûr et fiable pour le rapatrier en France ?

Que vous optez pour une plaque de transit italienne ou des plaques de transit allemandes, il existe divers moyens. Mais pour éviter tout problème en cours de route, il est primordial de contacter une entreprise spécialisée.

Pourquoi acheter une voiture en Italie

Pourquoi acheter une voiture en Italie
L'Italie est une destination de choix pour l'achat d'une voiture d'occasion. Le marché italien regorge d'opportunités intéressantes, avec des prix souvent plus avantageux que dans d'autres pays européens. Voici les principales raisons qui rendent l'achat d'une voiture en Italie si attrayant.

Un marché de l'occasion dynamique et bien fourni

Le marché italien de l'occasion est particulièrement dynamique et offre un large choix de véhicules. Toutes les catégories sont représentées, des citadines aux berlines, en passant par les sportives et les SUV. Cette diversité permet de trouver le modèle qui correspond le mieux à vos besoins et à votre budget. De plus, le marché italien est réputé pour son important turn-over de véhicules récents. Le leasing est très répandu chez nos voisins transalpins, ce qui explique la présence de nombreux modèles âgés de seulement 2 à 4 ans sur le marché de l'occasion. C'est l'opportunité de mettre la main sur une voiture presque neuve à un prix intéressant.

Des prix attractifs et des économies substantielles

En achetant une voiture d'occasion en Italie, vous pouvez réaliser des économies significatives par rapport aux prix pratiqués en France. Les tarifs italiens sont généralement inférieurs de 15 à 20% à ceux du marché français, ce qui représente une différence non négligeable. Ces prix avantageux s'expliquent notamment par l'absence de frais de douane et de TVA supplémentaire lors de l'importation en France. L'Italie faisant partie de l'Union Européenne, vous n'aurez pas à vous acquitter de ces taxes qui peuvent parfois alourdir considérablement la facture.

Attention au malus écologique pour les véhicules de moins de 10 ans

Si vous envisagez d'acheter un véhicule italien de moins de 10 ans, il est important de prendre en compte le malus écologique. Si le modèle que vous convoitez était soumis à cette taxe lors de sa mise en circulation, vous devrez vous en acquitter partiellement en France. Le montant du malus sera calculé en fonction du barème correspondant à l'année de mise en circulation, avec une réduction de 10% par année d'ancienneté. Malgré cette éventuelle taxe, l'achat d'une voiture d'occasion en Italie reste souvent plus avantageux financièrement qu'un achat en France. Il suffit de bien calculer le coût total de l'opération en prenant en compte tous les frais annexes pour s'assurer de faire une bonne affaire.

Les démarches administratives à effectuer en Italie

L'achat d'une voiture en Italie peut s'avérer très avantageux financièrement, mais il est important de bien se préparer aux démarches administratives à effectuer sur place avant de pouvoir ramener le véhicule en France. Voici un guide détaillé des étapes à suivre pour exporter votre voiture italienne en toute sérénité.

Documents à obtenir auprès du vendeur italien

Lors de l'achat du véhicule, assurez-vous que le vendeur vous fournisse l'ensemble des documents nécessaires :
  • La carte grise italienne (libretto di circolazione)
  • Le certificat de propriété (certificato di proprietà)
  • La facture de vente signée et tamponnée, à votre nom
Vérifiez attentivement que tous ces documents sont bien en règle et correspondent au véhicule acheté.

Radiation du fichier italien des immatriculations

Le vendeur doit effectuer une déclaration auprès du Publico Registro Automobilistico (PRA) pour radier le véhicule du fichier italien des immatriculations. Cette démarche peut être réalisée de deux manières :
  1. En fournissant le document du transporteur prouvant que le véhicule a été acheminé jusqu'en France
  2. Avec la nouvelle immatriculation étrangère (Certificat Provisoire d'Immatriculation - CPI WW)
Le vendeur devra également apposer une étiquette adhésive sur la carte grise mentionnant la destination finale du véhicule et détruire les plaques d'immatriculation italiennes.

Obtention des plaques de transit italiennes

Pour pouvoir circuler légalement en Italie avant d'exporter la voiture, vous devrez obtenir des plaques de transit italiennes (targhe provvisorie di esportazione) auprès du Département des véhicules à moteur (Ufficio Motorizzazione Civile). Les documents à fournir varient selon que le véhicule est neuf ou d'occasion :
Véhicule neuf Véhicule d'occasion
  • Formulaire de demande
  • Reçus de paiement
  • Déclaration de conformité
  • Autorisation d'exportation
  • Copie de la carte d'identité du représentant légal du concessionnaire
  • Demande de plaques temporaires
  • Copie du passeport ou de la carte d'identité de l'acheteur
  • Formulaire de demande
  • Reçus de paiement
  • Certificat de propriété
  • Autorisation d'exportation
  • Demande de plaques temporaires
  • Copie du passeport ou de la carte d'identité de l'acheteur
  • Copie du certificat d'immatriculation
Vous pouvez voir sur ce site les informations relatifs à ce type de procédure afin de veiller à l'arrivée de votre véhicule en France.

Précautions pour éviter la saisie du véhicule

Les autorités italiennes sont particulièrement vigilantes quant à l'exportation des véhicules. Pour éviter tout risque de saisie, assurez-vous de :
  • Disposer de tous les documents nécessaires et en règle
  • Avoir fait radier le véhicule du fichier italien des immatriculations
  • Circuler avec des plaques de transit en cours de validité jusqu'à la sortie du territoire italien
En respectant scrupuleusement ces démarches administratives, vous pourrez profiter sereinement de votre achat et rapatrier votre véhicule italien en France sans encombre.

Les options de rapatriement de la voiture vers la France

Les options de rapatriement de la voiture vers la France
Une fois votre voiture achetée en Italie, il faut encore la rapatrier en France. Plusieurs options s'offrent à vous pour cela, chacune avec ses avantages et inconvénients. Le choix dépendra de vos contraintes de temps et de budget, ainsi que de votre volonté de prendre le volant ou non.

Le rapatriement par camion

La solution la plus simple et la plus sûre est de faire appel à un transporteur professionnel. Votre voiture sera chargée sur un camion, généralement avec d'autres véhicules, et livrée à votre domicile en France. Les entreprises spécialisées proposent ce service pour un tarif allant de 500 à 900 €, selon la distance et le modèle de voiture. L'avantage est que vous n'avez pas à vous soucier de la logistique et des formalités. Le transporteur s'occupe de tout, y compris des assurances nécessaires. En revanche, c'est l'option la plus onéreuse et vous devrez attendre quelques jours pour récupérer votre véhicule.

Le convoyage par un professionnel

Une alternative intéressante est de confier votre voiture à un convoyeur. Ce professionnel viendra chercher le véhicule en Italie et vous le ramènera en France. Le coût est généralement inférieur à celui d'un transporteur, autour de 400 à 600 €, mais il faut y ajouter les frais de carburant et de péage. Le convoyage présente l'avantage d'être plus rapide que le transport sur camion. Vous pouvez récupérer votre voiture en 24 à 48h. En contrepartie, celle-ci aura parcouru quelques centaines de kilomètres supplémentaires.

Le rapatriement par vos propres moyens

Enfin, vous pouvez décider de ramener vous-même votre voiture d'Italie. C'est évidemment la solution la plus économique, mais elle implique quelques démarches et précautions :
  • Vous devez obtenir des plaques de transit italiennes (called "foglio di via") auprès de l'Ufficio della Motorizzazione. Comptez environ 200 € pour les plaques et l'assurance provisoire.
  • Avec ces plaques, vous pourrez circuler légalement en Italie et en France pendant quelques jours, le temps de faire immatriculer définitivement votre véhicule.
  • Attention toutefois, la législation concernant les plaques de transit italiennes est mal connue des forces de l'ordre françaises. Vous vous exposez à un risque de verbalisation pour défaut de conformité, le format des plaques étant différent des plaques françaises.
Si vous avez le temps et l'envie de découvrir les routes italiennes au volant de votre nouvelle acquisition, le rapatriement par vos soins peut être une belle aventure. Mais pour plus de sérénité, le recours à un professionnel du transport ou du convoyage reste la meilleure option, moyennant un budget supplémentaire.

L'immatriculation de la voiture en France

Les documents à fournir à l'ANTS

Pour immatriculer votre voiture importée d'Italie, vous devrez constituer un dossier complet à soumettre à l'Agence Nationale des Titres Sécurisés (ANTS). Ce dossier doit impérativement comporter les pièces suivantes :
  • La carte grise italienne originale ("Carta di Circolazione" ou "Libretto")
  • La facture d'achat du véhicule à votre nom, dûment signée et tamponnée
  • Le certificat de conformité européen (COC) délivré par le constructeur
  • Un quitus fiscal attestant que vous n'êtes plus redevable de la TVA sur le véhicule
  • Un justificatif de domicile de moins de 6 mois
  • Un contrôle technique français de moins de 6 mois

L'obtention du quitus fiscal

Le quitus fiscal est un document essentiel à fournir pour immatriculer votre véhicule importé. Pour l'obtenir, vous devez vous rendre au centre des impôts de votre domicile muni de la facture d'achat, de la carte grise italienne, d'une pièce d'identité et d'un justificatif de domicile. Si votre véhicule a moins de 6 mois ou moins de 6000 km au compteur, il est considéré comme neuf. Dans ce cas, vous devrez vous acquitter de la TVA française au taux de 20% auprès des services fiscaux. Pour les véhicules d'occasion, aucune TVA supplémentaire n'est à régler.

Le contrôle technique obligatoire

Tout véhicule importé en France doit obligatoirement passer un contrôle technique dans les 6 mois précédant la demande d'immatriculation. Ce contrôle doit être réalisé par un centre agréé en France, même si le véhicule possède un contrôle technique italien en cours de validité. Certains points spécifiques sont vérifiés lors de ce contrôle, notamment la conformité des plaques d'immatriculation, des feux, des ceintures de sécurité et des vitrages par rapport aux normes françaises.

Les taxes et malus écologiques

Lors de l'immatriculation d'un véhicule importé, vous pouvez être soumis au paiement de certaines taxes, en fonction des caractéristiques et de l'âge du véhicule :
  • Pour les véhicules neufs, le malus écologique et la taxe sur les émissions de CO2 peuvent s'appliquer selon le barème en vigueur. Ces montants sont à régler auprès de l'ANTS lors de la demande d'immatriculation.
  • Pour les véhicules d'occasion de moins de 10 ans, un malus écologique réduit est susceptible de s'appliquer. Son montant est calculé en fonction du barème correspondant à l'année de première mise en circulation du véhicule, auquel une décote de 10% par an est appliquée.
Une fois votre dossier complet déposé auprès de l'ANTS, vous recevrez votre certificat d'immatriculation définitif (carte grise) directement à votre domicile sous un délai moyen de 7 jours. Votre véhicule importé d'Italie sera alors en règle pour circuler sur les routes françaises.
De quelle arme d’autodéfense légale s’équiper ?
Location de voitures à prix pas cher à Montpellier : opter pour la location entre particuliers

Plan du site