Vers la numérisation de l’activité financière

3 lignes directrices pratiques pour les initiatives de centralité du client
novembre 25, 2020
La réussite sur le plan international
novembre 25, 2020

Le dialogue avec les clients devient le point de départ du développement de produits dans le secteur financier en France et partout dans le monde. Cette innovation deviendra un processus permanent dans lequel les données les plus variées seront enregistrées, évaluées et reliées à des produits conçus de manière adaptative. L’activité financière numérique est l’activité financière du futur.

L’ère des produits financiers prêts à l’emploi touche à sa fin

Tout ce qui est traité aujourd’hui dans le monde des entreprises est abordé avec une rapidité considérable et croissante vers la numérisation. Internet n’est qu’une étape dans cette évolution. Au cours des années 1920, chaque objet de la vie quotidienne, des vêtements à la maison, chaque service et chaque produit sera équipé d’une nouvelle technologie de capteurs complète, qui permettra de collecter des données et de les communiquer. C’est là que se trouve le premier défi pour tous les acteurs du secteur financier : seuls les entreprises qui rendent tous leurs services connectables à tout moment répondront à la première condition de base pour une entreprise durable à l’avenir.

Seuls ceux qui sont capables de collecter et d’évaluer des données de toutes sortes et de les relier à leurs propres produits seront perçus dans un monde numérique et en réseau. L’ère des produits prêts à l’emploi touche rapidement à sa fin. Les produits qui répondent aux besoins moyens d’un client normal de manière normale dans le cadre d’un processus planifié à l’avance ne sont tout simplement plus suffisants. Les clients des années 1920 s’attendront plutôt à des produits adaptés. Des produits et des services qui répondent aux besoins individuels des clients et qui, de plus, sont capables de réagir à une modification des besoins individuels. La flexibilité à long terme deviendra une attente naturelle, y compris pour les clients des banques de l’avenir, que ce soit en matière de solutions de financement, de paiement, d’accumulation et de gestion des actifs, de planification à long ou à court terme. Le dialogue entre les clients et la banque restera à l’avenir un dialogue entre systèmes intelligents, même s’il ne sera plus un dialogue entre personnes.

Les systèmes technologiques qui soutiennent le dialogue avec les clients du côté de la banque s’émanciperont clairement de leur fonction de soutien dans les années à venir. Les systèmes d’intelligence artificielle seront normalement mieux à même que les humains de reconnaître les émotions et de répondre à vos besoins, d’en tirer des stratégies d’investissement ou de retraite et de les mettre à jour en permanence. Le fait qu’on soit, au centre d’appel, lié à un employé avec lequel on ne s’entend tout simplement pas fera bientôt partie de l’histoire.

Les moteurs du développement ne sont pas seulement des étapes de développement ou d’innovation technologique. Bien sûr, les systèmes numériques d’intelligence artificielle apprennent à un rythme presque époustouflant. Les véritables moteurs du changement se trouvent du côté des clients : leur besoin d’une approche individuelle et d’une reconnaissance immédiate de leurs besoins ne cesse de croître. La volonté de se contenter de solutions toutes faites s’effondre tout aussi rapidement. Et ce sont les clients qui utiliseront de plus en plus de robots et de systèmes intelligents dans les années à venir.

L’étude brosse un tableau de l’avenir dans lequel les gens utiliseront des systèmes numériques d’assistance spécialisés dans les différents domaines de la vie quotidienne. Ils gèrent la santé, les finances, la vie sociale, l’éducation et de nombreux autres domaines. Bien qu’une intelligence artificielle uniforme et complète dans la vie quotidienne soit encore loin, les futurologues s’attendent à ce que le groupe de réflexion 2b AHEAD développe les premiers systèmes qui structurent la communication inter-bot au milieu des années 20. La conséquence très pratique pour le client : Il n’a à intervenir que lorsque ses systèmes d’assistance sont en désaccord. Si, par exemple, le robot financier et le robot de voyage ne parviennent pas à un accord.

La communication avec le client devient un processus permanent

Dans le cas idéal, le dialogue avec le client du futur et l’activité financière numérique se feront sans intervention humaine, en particulier du côté du client. En ce sens, la communication avec le client se dissoudra du point de vue du client. Elle se déroule sans intervention humaine, dans l’univers des robots. Pour le dire simplement : si le client doit lui-même intervenir dans la communication avec sa banque, il le saura toujours. Dans ce contexte, souhaitez-vous vraiment qu’un de vos clients contacte encore vos employés ?

L’innovation vers le numérique, cette nouvelle forme de communication avec les clients deviendra ainsi un processus permanent entre les entreprises et leurs clients. Elle permet au fournisseur de développer et d’offrir des produits et des services appropriés sur la base de la communication. Le dialogue avec le client devient ainsi le point de départ du développement de produits, individuellement pour chaque client – et donc le plus précieux qu’une banque puisse avoir.