9 choses qui nuisent à votre flore intestinale

Tout savoir sur le kéfir : un trésor d’aliment probiotique
septembre 13, 2021
Qu’est ce que le régime cétogène ?
septembre 14, 2021

La flore intestinale peut être une source de santé et de bien-être. Cependant, la flore intestinale peut aussi, si elle est déséquilibrée, vous rendre malade et fatigué. La constitution d’une flore intestinale saine est donc l’un des objectifs les plus importants de toute thérapie holistique.

L’alimentation industrielle nuit à la flore intestinale

Vous savez bien sûr que les personnes souffrant de maladies intestinales chroniques telles que le syndrome du côlon irritable ou la maladie de Crohn ont une flore intestinale différente de celle des personnes ayant un système digestif sain.

Mais saviez-vous aussi que les personnes en surpoids ont une flore intestinale complètement différente de celle des personnes minces ? Saviez-vous également que les autistes ont une flore intestinale différente de celle des personnes en bonne santé ? Ou saviez-vous que la flore intestinale des personnes atteintes de rhumatismes est composée différemment de celle des personnes qui n’en souffrent pas ?

En 2004 déjà, les scientifiques Hawrelak et Myers, de l’école de médecine naturelle et complémentaire de l’université australienne Southern Cross, ont montré dans The causes of intestinal dysbiosis : a review qu’une modification défavorable de la flore intestinale (dysbiose) peut contribuer au développement de nombreuses maladies chroniques et dégénératives. Cette étude mentionne le syndrome du côlon irritable, les maladies inflammatoires de l’intestin, le rhumatisme (arthrite) et la spondylarthrite ankylosante (maladie rhumatismale avec raideur de la colonne vertébrale).

Les chercheurs ont souligné que le mode de vie occidental moderne avec une mauvaise alimentation, la prise fréquente d’antibiotiques ainsi que les situations de stress permanent avaient une influence extrêmement néfaste sur la flore intestinale. Ils ont recommandé d’éliminer d’abord ces facteurs, puis de reconstituer la flore intestinale.

La flore intestinale n’influence pas seulement l’intestin. Elle influence chaque parcelle de notre être, tant sur le plan physique que mental. La flore intestinale peut nous rendre malades, mais elle peut aussi nous aider à nous rétablir. Sans une flore intestinale équilibrée, une véritable santé n’est donc pas possible.

Plus la flore intestinale est saine, plus votre résistance est forte.

La flore intestinale est constituée d’une communauté de plusieurs trillions de bactéries (de la puissance 10 à la puissance 13 à la puissance 14) qui colonisent notre système digestif. C’est dix fois plus de bactéries que nous avons de cellules. Parmi elles, on trouve des bactéries qui nous sont utiles – on les appelle les bactéries probiotiques – et des bactéries qui nous sont moins utiles, voire nuisibles dans certains cas.

Les tâches des bactéries bénéfiques sont multiples. Ils empêchent la prolifération de bactéries nocives et pathogènes et sont également capables de neutraliser les toxines. Ils aident ainsi notre organisme à se détoxifier et le protègent des polluants de toutes sortes.

Une flore intestinale saine est donc un élément crucial de notre système immunitaire. Plus la flore intestinale est saine, plus notre système immunitaire est puissant, plus nos défenses sont fortes et plus nous sommes éloignés des maladies et des malaises.

Plus la flore intestinale est saine, moins les allergies sont nombreuses.

Or, une flore intestinale saine – comme on pourrait le penser aujourd’hui – protège non seulement contre les infections, mais aussi contre les allergies, les maladies de peau et l’asthme.

En fait, les femmes enceintes sensibles aux allergies peuvent soutenir non seulement leur propre système immunitaire mais aussi celui de leur enfant à naître en prenant des probiotiques (bactéries intestinales bénéfiques) de haute qualité de telle sorte qu’après la naissance – surtout si les probiotiques sont poursuivis pendant l’allaitement – les bébés risquent moins de souffrir d’eczéma ou d’autres problèmes allergiques que les bébés dont les mères ne prennent pas de probiotiques.

Plus la flore intestinale est saine, mieux elle est protégée

Une flore intestinale intacte garantit également un risque nettement plus faible de développer des intolérances alimentaires, des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin ou des infections fongiques. Les probiotiques sont tout aussi importants dans la prévention du cancer que dans le suivi de toute maladie traitée par antibiotiques (voir ci-dessous, point 1).

Plus la flore intestinale est saine, moins l’obésité est importante.

Parmi les autres effets positifs des probiotiques ou d’une flore intestinale saine figurent la régulation du transit intestinal, la normalisation du taux de cholestérol et même le soutien à la perte de poids. Ce dernier point est dû au fait que de nombreuses personnes en surpoids ont une flore intestinale qui peut même extraire des calories de fibres qui sont en fait indigestes.

Il y a donc au moins 10 raisons pour lesquelles nous devrions de toute urgence prêter attention à la constitution d’une flore intestinale saine. Si notre corps contient une quantité suffisante de bactéries utiles, nous sommes – bien sûr en combinaison avec une alimentation correcte et suffisamment d’exercice – également en bonne santé, minces et efficaces.

Surtout à une époque marquée par les scandales alimentaires et la propagation d’agents pathogènes résistants aux antibiotiques, il est extrêmement important de maintenir notre organisme dans un état immunitaire fort. Ce n’est que de cette manière que nous pouvons traverser la vie en toute sécurité et en bonne santé, quels que soient les agents pathogènes ou les polluants avec lesquels nous entrons en contact au cours de la journée.

Contrôlez votre flore intestinale !

Le fait est cependant que notre flore intestinale n’est pas une institution fixe et immuable de notre corps qui – une fois renforcée – reste également forte.

L’organisme humain excrète régulièrement des bactéries intestinales, malheureusement non seulement celles qui sont indésirables, mais aussi celles qui sont positives pour nous. Mais ce ne serait pas une mauvaise chose, car les bactéries intestinales restantes se multiplient toujours à nouveau en un rien de temps. Ainsi, il y aurait toujours suffisamment de bactéries intestinales utiles.

Mais bien sûr, non seulement les bactéries intestinales bénéfiques mais aussi celles qui sont nuisibles peuvent se multiplier. Ainsi, la flore intestinale change non seulement en termes de quantité, mais aussi dans sa composition. Il le fait chaque jour, chaque heure, chaque minute – parfois dans un sens positif pour nous, parfois dans un sens négatif.

Heureusement, nous pouvons déterminer la direction nous-mêmes – si nous savons comment. La flore intestinale ne change pas au gré des caprices et des fantaisies, mais en fonction de notre milieu intérieur. Nous pouvons influencer nous-mêmes ce milieu intérieur à chaque instant de notre vie.

Nous pouvons faire en sorte que la flore intestinale soit saine, c’est-à-dire que les bactéries intestinales bénéfiques se sentent à l’aise en nous, qu’elles se multiplient et que, ce faisant, elles soient capables de tenir à distance les bactéries nocives et les champignons parasites.

Cependant, nous pouvons aussi faire des choses qui conduisent à une multiplication explosive de bactéries, de champignons et d’agents pathogènes nocifs, ce qui écarte en même temps nos bactéries bénéfiques réellement souhaitables.

Nous ignorons souvent ce qui nuit à notre flore intestinale et ce qui lui serait bénéfique. Nous allons donc maintenant présenter neuf facteurs qui nuisent à votre flore intestinale et expliquer ensuite comment vous pouvez constituer une flore intestinale saine et aussi la préserver :

Neuf choses qui nuisent à votre flore intestinale

Nous énumérons ci-dessous neuf éléments qui nuisent à votre flore intestinale. Nous expliquons également comment éviter ces facteurs et quelles sont les alternatives possibles :

1. antibiotiques

Les antibiotiques doivent, bien sûr, être les premiers sur la liste. Les antibiotiques sont connus pour détruire non seulement les bactéries cibles nuisibles, mais aussi les bactéries intestinales bénéfiques. De cette façon, ils altèrent énormément la flore intestinale. Cependant, vous savez maintenant ce que signifie une flore intestinale altérée : Il en résulte une susceptibilité croissante à toutes sortes de maladies.

Certaines personnes pensent aujourd’hui que leur flore intestinale se régénère toute seule après la prise d’antibiotiques. Cela peut certainement être le cas, mais cela prend jusqu’à six mois. Beaucoup de choses peuvent se passer pendant ces six mois. Il n’est pas rare que les bactéries ou champignons intestinaux nuisibles restants se multiplient beaucoup plus rapidement que les “bonnes” bactéries intestinales restantes. La régénération indépendante et réussie de la flore intestinale n’est donc pas donnée dans tous les cas.

Si l’antibiothérapie ne peut vraiment pas être évitée, il est plus que conseillé de la faire suivre d’un nettoyage du côlon ou au moins d’une reconstruction de la flore intestinale, comme nous le décrivons à la fin de l’article.

2. pilule contraceptive et autres préparations hormonales

La prise de suppléments hormonaux a également un impact considérable sur l’état de santé de l’intestin. Ainsi, dans une étude de cohorte prospective intitulée Oral contraceptives, reproductive factors and risk of inflammatory bowel disease (contraceptifs oraux, facteurs reproductifs et risque de maladie intestinale inflammatoire), des chercheurs du Massachusetts General Hospital et de la Harvard Medical School de Boston ont constaté que les femmes qui prennent des contraceptifs oraux ont un risque significativement plus élevé de développer des maladies intestinales inflammatoires chroniques telles que la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse que les femmes qui n’utilisent pas la pilule. Les résultats de l’étude ont été publiés en 2012 dans la revue de renommée internationale Gastroenterology Gut et concernaient des fumeurs.

D’autres études, dont certaines remontent aux années 1990, ont tiré des conclusions similaires quant à la nocivité des contraceptifs oraux sur la flore intestinale, en particulier lorsqu’il s’agit de pilules à forte dose d’œstrogènes.

3. Le chlore dans l’eau du robinet

L’eau du robinet est souvent chlorée. Le chlore, quant à lui, est un produit chimique qui est ajouté à l’eau dans le but de la désinfecter, c’est-à-dire de tuer les bactéries. Le chlore fait son travail de désinfection non seulement dans l’eau, mais aussi dans vos intestins, où il réduit votre flore intestinale saine.

Dans leur étude de 2013 intitulée “Prebiotics, faecal transplants and microbial network units to stimulate biodiversity of the human gut microbiome” publiée dans la revue Microbial Biotechnology, des scientifiques belges de l’université de Gand ont mis en garde contre l’utilisation inutile d’antibiotiques et les précautions d’hygiène excessives, notamment la consommation d’eau chlorée.

Les scientifiques Van den Abbeele et ses collègues expliquent dans leur étude que les facteurs mentionnés – ainsi que le régime alimentaire occidental habituel – entraînent une diminution de la diversité microbienne dans l’intestin, ce qui se traduit par des infections récurrentes (par exemple avec Clostridium difficile), des maladies intestinales inflammatoires et l’obésité.

Pour reconstruire une flore intestinale saine, les scientifiques recommandent de prendre non seulement des probiotiques, c’est-à-dire des bactéries intestinales vivantes, mais aussi des préparations prébiotiques (prébiotiques). Les prébiotiques sont des substances qui servent de nourriture aux bactéries intestinales bénéfiques. Car tous les probiotiques du monde ne vous seront d’aucune utilité si vous affamez les bactéries probiotiques.

Les prébiotiques se trouvent en quantité particulièrement importante dans certains aliments, comme la chicorée ou les topinambours, mais aussi dans le complément alimentaire inuline. Ce dernier appartient à ce que l’on appelle les oligosaccharides, dont on a récemment constaté qu’ils avaient un effet anticancéreux.

Mais bien sûr, tous ces efforts pré et probiotiques ne mènent guère au but si l’on continue à consommer de l’eau potable chlorée et que le chlore affecte continuellement la flore intestinale. Un bon filtre à eau est donc un accessoire ménager indispensable. Il vous fournit, à vous et à votre famille, une eau potable saine et sans chlore et protège ainsi votre flore intestinale.

Les filtres à eau qui purifient l’eau comme le fait l’eau de pluie dans une nature intacte sont particulièrement recommandés ici. L’eau de pluie s’infiltre d’abord lentement à travers différentes couches de roche avant de devenir une eau de source claire et pure.

Les filtres à eau de ce type ne doivent même pas être raccordés à la conduite d’eau et fonctionnent – malgré un effort technologique minimal – de manière très efficace. En peu de temps, l’eau ordinaire du robinet se transforme en eau de source fraîche et savoureuse.

En outre, si vous voulez épargner non seulement à vos intestins mais aussi à votre peau le contact avec le chlore toxique, une mesure simple vous sera utile : remplacez votre douchette classique par une douchette spéciale capable d’éliminer le chlore et les autres polluants de l’eau de votre douche en plusieurs étapes de filtrage. En même temps, ce jet de douche spécial aide à réduire votre consommation d’eau et ravit votre peau avec une eau douce.

4. Les fluorures

Les fluorures sont également soupçonnés de détruire la flore intestinale. Les fluorures peuvent agir comme des poisons métaboliques, c’est pourquoi il est affirmé de divers côtés qu’ils peuvent également détruire la flore intestinale saine de la même manière qu’un antibiotique.

Les fluorures sont ajoutés à l’eau potable aux États-Unis et dans certains autres pays. Heureusement, ce n’est plus le cas en Europe – sauf dans certaines régions du Royaume-Uni. Au contraire, il est difficile de trouver un dentifrice sans fluor dans les pharmacies et supermarchés conventionnels. Et faites attention lorsque vous achetez du sel de table, car vous y trouverez également du fluor, ainsi que de l’iode.

Si une flore intestinale intacte est importante pour vous, veillez à utiliser un dentifrice sans fluor et du sel sans fluor. Si vous vivez dans un pays qui gère encore la fluoration de l’eau potable, les mêmes recommandations que celles du point 3 s’appliquent, car un filtre à eau de haute qualité peut également éliminer les fluorures de votre eau.

5. Le sucre et la graisse

Peu d’aliments entraînent la destruction de la flore intestinale aussi facilement et volontairement que le sucre. En combinaison avec des graisses malsaines, la dysbiose (flore intestinale défectueuse) peut être atteinte encore plus rapidement.

Et si vous pensez que ce point de vue n’émane que du camp des fous de l’alimentation complète, où le sucre a le même statut que le diable dans l’eau bénite, alors nous vous recommandons les connaissances scientifiques suivantes :

En avril 2013, des scientifiques français ont publié leur étude intitulée “Western diet induces dysbiosis with increased E coli in CEABAC10 mice, alters host barrier function favouring AIEC colonisation”, expliquant que le régime occidental habituel riche en sucre et en graisses est un facteur de risque majeur pour le développement de la maladie de Crohn, une maladie inflammatoire de l’intestin.

Dans l’étude en question, les effets d’un régime riche en sucres et en graisses sur la composition de la flore intestinale et sur la susceptibilité aux infections ont été observés. Il a été démontré qu’un régime de ce type entraînait immédiatement une dysbiose. Dans le même temps, l’épaisseur de la muqueuse intestinale a diminué, tandis que sa perméabilité a augmenté.

On a alors découvert que lorsque la muqueuse intestinale était ainsi modifiée, les bactéries nuisibles pouvaient se multiplier particulièrement bien et que des processus inflammatoires se développaient immédiatement.

6. Hyperacidité

Le régime occidental typique, qui comprend du sucre et des graisses malsaines ainsi que de nombreux autres aliments hautement transformés, modifie l’équilibre sain de l’organisme. Elle surcharge la capacité de l’organisme à compenser et conduit à une hyperacidité chronique, très répandue aujourd’hui – comme le souligne déjà l’étude australienne mentionnée dans l’introduction.

La question “Qui est venu en premier : l’acidose ou la dysbiose ?” est semblable à celle de la poule et de l’œuf. Il n’y a pas de réponse. Les deux sont étroitement liés et l’un ne peut exister sans l’autre.

Dans le cas de l’hyperacidité et de la dysbiose, les deux conditions s’aggravent mutuellement : la dysbiose aggrave l’hyperacidité, tandis que l’hyperacidité aggrave la dysbiose.

Par exemple, une flore intestinale déséquilibrée peut rendre difficile l’absorption des nutriments et des minéraux. Les minéraux, en revanche, sont indispensables pour tamponner les acides quotidiens. L’acidose progresse donc.

D’autre part, le déséquilibre de l’équilibre acide-base entraîne un changement de pH dans le système digestif. Cette modification de l’environnement fait toutefois disparaître les bactéries intestinales bénéfiques et crée un climat favorable aux bactéries intestinales et aux champignons nuisibles (par exemple Candida albicans). Une dysbiose se développe.

Ainsi, pour remédier à la dysbiose, il faut bien plus qu’une simple reconstitution de la flore intestinale, à savoir – outre les points déjà mentionnés – une désacidification poussée et un apport minéral de qualité. Si la dysbiose est due à des champignons, on utilise bien entendu des mesures holistiques ayant un effet antifongique spécifique.

7. Les additifs alimentaires

L’une des principales raisons de l’impact négatif de l’alimentation moderne sur la flore intestinale est son abondance d’additifs alimentaires artificiels. Tout comme les antibiotiques, les fluorures et le chlore, ces substances étrangères à la nature ont un effet tout simplement mortel sur de nombreuses bactéries intestinales utiles.

Par exemple, une étude intitulée “Intestinal dysbiosis” a été publiée dans Complementary Therapies in Medicine (une prestigieuse revue internationale), dans laquelle les antibiotiques, les contraceptifs oraux et les additifs alimentaires sont mentionnés dans le même souffle comme étant les facteurs qui entraînent une dysharmonie de la flore intestinale.

Les scientifiques impliqués, dirigés par John McLaren Howard, ont souligné que les conséquences de la dysbiose vont bien au-delà d’éventuels problèmes digestifs. Une flore intestinale perturbée peut également entraîner une perméabilité accrue de la muqueuse intestinale et une mauvaise absorption des nutriments, ce qui, selon les scientifiques, est à l’origine de nombreuses maladies systémiques.

D’autres études ont montré que la dysbiose avec infestation fongique peut être à l’origine d’un tel éventail de troubles que leur énumération dépasserait le cadre de tout article – de la sensibilité accrue aux infections à la fatigue chronique, en passant par l’effondrement complet du système immunitaire.

Par conséquent, évitez les produits de commodité conventionnels de toutes sortes ou jetez au moins un coup d’œil à la liste des ingrédients. S’il y a des additifs alimentaires ou d’autres termes qui vous semblent mystérieux, il vaut mieux laisser le produit au supermarché.

Au contraire, mangez des plats frais et préparés à la maison aussi souvent que possible. Si vous privilégiez également les aliments issus de l’agriculture biologique, vous éviterez non seulement les additifs alimentaires, mais aussi les résidus de pesticides, qui poseraient des problèmes supplémentaires à votre flore intestinale.

8. Les résidus de pesticides

Malheureusement, la présence de résidus de pesticides dans les aliments produits de manière conventionnelle est régulièrement banalisée. Les organismes responsables font référence à des valeurs limites qui sont respectées et qui sont censées garantir la sécurité des aliments.

L’ampleur de la sous-estimation des effets des pesticides, même en quantités minimes, n’apparaît que lorsque l’on prend la peine d’examiner de plus près les pulvérisations correspondantes.

Et voilà que des poisons considérés comme si inoffensifs qu’ils peuvent être utilisés à volonté non seulement dans l’agriculture mais aussi par tout homme au foyer qui se sent dérangé par une fourmi sur son balcon se révèlent soudain très dangereux.

L’un de ces pesticides largement utilisés est le chlorpyrifos, vendu sous une grande variété de marques et qui tue invariablement tout ce qui appartient de près ou de loin à la famille des insectes. Que ce soit dans l’agriculture, dans les antimites, dans les colliers anti-puces pour chiens et chats ou dans la poudre pour fourmis, le chlorpyrifos est omniprésent.

Un pesticide endommage le cerveau des enfants

Puis, au printemps 2012, les titres suivants : “Le pesticide attaque le cerveau des enfants à naître”, “L’insecticide rend les enfants stupides” et “Les experts mettent en garde contre l’insecticide”. Que s’est-il passé ?

Dans leur étude intitulée “Brain anomalies in children exposed prenatally to a common organophosphate pesticide”, des chercheurs dirigés par Virginia Rauh, de l’université Columbia de New York, ont prouvé que des quantités du pesticide chlorpyrifos, auparavant considérées comme non toxiques, rétrécissent le cerveau des enfants à naître et entraînent une diminution des performances mentales plus tard dans la vie. Lire aussi : Les produits chimiques du quotidien : un poison pour le cerveau des enfants

Selon les scientifiques, les limites en vigueur jusqu’alors n’étaient pas suffisantes pour protéger les enfants des effets à long terme du spray.

Le chlorpyrifos est toujours utilisé, bien sûr. Après tout, un jardin sans fourmis est clairement plus important que la santé de nos enfants. Cependant, cet insecticide endommage non seulement le cerveau des bébés à naître, mais aussi la flore intestinale de tous ceux qui sont déjà nés.

Le pesticide endommage la flore intestinale

En mai 2013, des scientifiques français de l’Université Jules Verne de Picardie ont publié une étude montrant les effets perturbateurs de faibles doses de chlorpyrifos sur la composition de la flore intestinale des mammifères. Selon les chercheurs, le chlorpyrifos est capable de provoquer une dysbiose (Impact of chronic exposure to low doses of chlorpyrifos on the intestinal microbiota in the Stimulator of the Human Intestinal Microbial Ecosystem (SHIME) and in the rat).

Détoxification avec des aliments biologiques

Et si vous vous inquiétez aujourd’hui pour votre santé ou celle de vos enfants parce que des aliments produits de manière conventionnelle – et donc aussi des résidus de pesticides – se trouvaient jusqu’à présent sur votre table, nous vous recommandons une étude datant de 2008 : L’apport alimentaire et sa contribution à l’exposition longitudinale aux pesticides organophosphorés chez les enfants des villes et des banlieues.

Dans ce cas, des scientifiques américains ont montré que l’exposition aux pesticides des enfants – qui mangeaient auparavant des aliments conventionnels – tombe à des niveaux indétectables en quelques jours s’ils commencent à ne manger que des aliments issus de l’agriculture biologique.

Prenez donc soin d’une source fiable d’aliments issus de l’agriculture biologique et éliminez ainsi un facteur de risque important pour le développement de la dysbiose.

Avec toutes ces mauvaises nouvelles, vous êtes peut-être maintenant stressé parce que vous ne savez pas quoi faire en premier pour protéger votre flore intestinale et votre santé. Il suffit de mettre en œuvre nos conseils, calmement et étape par étape. Le stress, en revanche, n’a pas sa place. Parce que le stress endommage aussi la flore intestinale.

9. Stress

Bien qu’il soit impossible d’éviter tous les facteurs de stress dans la vie quotidienne, il est utile de prendre conscience du stress, de réaliser que le stress n’apporte aucun avantage et que rien ne fonctionne vraiment plus vite ou mieux avec le stress. Au contraire : le stress rend malade !

Il existe de nombreuses preuves scientifiques à ce sujet. Nous avons sélectionné pour vous une étude très récente, publiée à l’automne 2012 dans la revue Psychoneuroendocrinology, qui montre des choses fascinantes :

On a découvert que non seulement le stress peut endommager la flore intestinale, mais qu’à l’inverse, une flore intestinale saine (dans l’étude, il s’agissait de Bifidobacterium infantis) peut également assurer une meilleure résistance au stress. Lorsque le corps contient suffisamment de bactéries intestinales bénéfiques, les gens ne se stressent pas aussi rapidement, sont beaucoup plus détendus dans la vie et ne souffrent guère des conséquences typiques du stress.

Si, en même temps, vous éveillez le talent d’organisation qui sommeille en vous, que vous intégrez suffisamment de moments de détente dans votre vie quotidienne et que vous vous dotez d’un système nerveux solide à l’aide de neuf mesures favorables aux nerfs, alors rien ne peut vraiment mal tourner.

Dans ce qui suit, nous résumons une fois de plus les mesures holistiques les plus importantes qui sont nécessaires à la bonne constitution de votre flore intestinale.

Comment développer une flore intestinale saine

La constitution de la flore intestinale s’effectue grâce à des probiotiques de haute qualité, associés à une alimentation adaptée.

Veillez à ce que le probiotique que vous choisissez contienne un nombre aussi élevé que possible de souches de bactéries intestinales les plus diverses, c’est-à-dire pas seulement trois ou quatre souches, mais dix à quinze, comme Combi Flora Symbio (gélules) et Combi Flora Fluid (probiotique liquide) – tous deux issus de la nature efficace.

Le probiotique liquide est un concentré végétal à haute activité enzymatique à base de micro-organismes vivants. Il a des effets prébiotiques et probiotiques. Il fournit donc à la fois les bactéries intestinales bénéfiques et la nourriture appropriée pour elles.

En outre, il fournit des vitamines naturelles, des minéraux, des oligo-éléments et une variété de substances végétales secondaires antioxydantes.

Ensemble, tous ces composants harmonisent le milieu intestinal, favorisent la régénération de la muqueuse intestinale, aident à éliminer les résidus métaboliques restants, régulant ainsi la digestion et préparant l’intestin à l’arrivée des bactéries intestinales bénéfiques, qui arrivent maintenant dans l’intestin sous la forme de la capsule probiotique.

Outre les souches habituelles de Lactobacillus et de Bifido, le probiotique choisi doit également contenir les trois bactéries intestinales extrêmement importantes que sont Lactobacillus reuteri (pour la santé dentaire et surtout pour les femmes enceintes et allaitantes), Lactobacillus helveticus et Bifidobacterium infantis.

De cette façon, votre flore intestinale reçoit la variété nécessaire de probiotiques de base et peut maintenant se développer en une flore intestinale équilibrée et saine. Nous vous souhaitons la meilleure santé possible !