La femme perd souvent le logement dans le cadre d’un divorce

Certains couples n’arrivent pas à trouver la perle rare en amour, ils sont donc contraints de se séparer afin de retrouver cette liberté si importante. Toutefois, cette étape peut être complexe, car il sera nécessaire de remettre en question tout le quotidien.

La séparation d’un couple pose un problème de taille par rapport à l’habitation principale

Lorsque l’entente n’est plus envisageable, il est nécessaire de se séparer. Les critiques, les disputes viennent rythmer le quotidien et briser cet amour au fil des jours. Divorcer est donc une étape indispensable afin de retrouver cette sérénité perdue. Toutefois, avant de lancer la procédure, il sera nécessaire de se focaliser pleinement sur les volontés de chacun ainsi que les conséquences de cette séparation.

75 % des partenaires décident de conserver le bien immobilier lors du divorce

Dès que le divorce est prononcé, il faudra statuer sur le logement qui n’est généralement pas conservé par les femmes. Si ces dernières obtiennent le plus souvent la garde des enfants, le constat est différent pour l’habitation principale. Elle est dans la plupart des cas au profit de l’homme dans 43 % des situations selon une étude réalisée par l’Insee. Dans 75 % des contextes, l’un des deux partenaires conserve le bien immobilier qui n’est donc pas vendu afin d’obtenir quelques euros. Malgré la séparation, certains partenaires arrivent à trouver un terrain d’entente.

Les hommes réussissent à garder le logement principal

5 % d’entre eux divorcent selon ces statistiques, mais ils restent dans le même logement. Ils peuvent cohabiter sans toutefois être liés par les liens sacrés du mariage. Parfois, cette union est complexe, les partenaires ont l’impression d’être emprisonnés. Ils ont ainsi besoin de souffler, le divorce n’est pas toujours la fin d’une histoire, cela peut même être le début d’une nouvelle aventure à deux.