Arrêtez avec la discrimination entre les hommes et les femmes au travail !

les femmes au travail

Depuis plusieurs années, les femmes ont assidument lutté afin d’acquérir leurs droits et afin d’être reconnues comme des personnes égales aux hommes : le droit de vote, le droit à l’avortement, le droit d’avoir un chéquier…
Maintenant, ayant une vie émancipée, des diplômes, et étant financièrement indépendantes, les femmes ont pour objectif d’acquérir le monde en étant égales aux hommes, afin de construire une carrière professionnelle et avoir une vie épanouie.

Emploi des femmes

Les avis à propos du travail de la femme ont évolués, et la femme ne se contente pas d’occuper quelques postes.
Arborus agit pour le maintien de l’égalité hommes femmes au sein de toute entreprise.
Depuis la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, les femmes ont eu leur droit au vote, leur droit à l’avortement et enfin des droits égaux à ceux des hommes.
Ainsi, l’égalité salariale vise à supprimer les écarts de rémunérations, les réflexions sexistes et le ralentissement des carrières féminines.
En effet, la discrimination salariale est inconcevable.
D’ailleurs il est illégal d’abaisser les femmes à cause de leurs sexes, pendant la période de leurs grossesses ou de les juger par des stéréotypes ou en étant misogyne.
L’emploi des femmes a obtenu depuis Janvier 2012 un nouveau décret obligeant les entreprises à rendre un rapport sur la situation hommes-femmes pour éviter toute forme de ségrégation.
Les femmes cadres sont les plus exposés à l’inégalité salariale, puisqu’elle excédait les 30.7%, ce qui présente les salaires les plus élevés.

Femmes au travail

L'inégalité homme-femme

                 l’inégalité homme-femme

Des mesures législatives sont mises en place pour éviter la discrimination contre les femmes, certains trafics de femmes, le harcèlement sexuel, l’inégalité autravail des femmes

La discrimination à l’embauche

En dépit des lois relatives à l’inégalité homme femme, les recruteurs préfèrent les hommes. En effet, après l’origine ethnique, la grossesse est le second facteur de ségrégation au travail.
Même si le code pénal prévoit des sanctions sévères comme environ 45.000 d’amende ou 3 ans d’emprisonnement, les mauvaises pratiques continuent.