La réussite sur le plan international

Vers la numérisation de l’activité financière
novembre 25, 2020
Quelle est l’importance des aliments réglementaires?
novembre 25, 2020

Les infrastructures et la formation de la main-d’œuvre sont deux éléments essentiels pour rendre un pays compétitif sur le plan international et, par conséquent, pour qu’il soit en mesure de créer plus d’emplois et de meilleurs salaires pour ses citoyens. Plusieurs rapports tout au long de l’année le révèlent, et tous les agents sociaux, politiques et économiques d’un pays, ainsi que les professionnels et les travailleurs eux-mêmes, en sont conscients.

Les éléments clés pour améliorer la compétitivité d’un pays

La compétitivité, c’est essentiellement faire plus et mieux en moins de temps. Vue aérienne de la NAICM en février 2018. Cela signifie notamment que l’exportation coûte moins de temps et d’argent grâce à des ports plus efficaces ou que les travailleurs arrivent plus rapidement et plus détendus sur leur lieu de travail grâce à un réseau d’infrastructures plus compétent et plus efficace. En contre-exemple à ce qui précède, la réalité est que dans de nombreux pays, les travailleurs mettent beaucoup de temps pour arriver à leur emploi, ce qui est clairement négatif pour l’économie en général. La compétitivité d’un pays se traduit finalement par des aspects très spécifiques de la vie des gens : se mettre au travail, aussi incroyable que cela puisse paraître, est moins cher et plus efficace en Europe qu’en Amérique latine, et cela signifie que les entreprises peuvent produire plus et mieux, même si les salaires sont clairement plus élevés. Le Chili, le pays d’Amérique latine qui occupe la plus haute position dans le classement de la compétitivité de l’IMD 2017, est classé 35e, soit une place de moins qu’en 2016. Le Mexique est le deuxième meilleur avec une 51e place, soit six places de moins qu’en 2016. Le Pérou, médaillé de bronze régional, est classé 55e, avec une place de moins que l’année dernière. D’autres pays de la région Amérique latine, comme l’Argentine à la 56e place ou la Colombie à la 58e place, ont perdu sept places par rapport à l’année dernière. Cette perte de places dans le classement IMD ne fait que souligner l’idée que les pays d’Amérique latine doivent faire un effort d’amélioration significatif pour ne pas continuer à perdre leur compétitivité par rapport aux autres économies. Cette stagnation de la compétitivité régionale, même dans les pays qui investissent beaucoup dans les infrastructures (aéroports, ports, routes ou métros) envoie un message clair : il ne suffit pas d’investir uniquement dans les infrastructures pour se développer sur le marché ; il faut le faire plus et mieux que les concurrents, qui dans le cas de l’Amérique latine sont principalement des pays émergents d’Asie ou d’Europe de l’Est.

La formation et ses effets sur la compétitivité d’un pays

Sur le plan international, la compétition économique est devenue intense. L’éducation est un élément clé qui augmente la performance d’un pays. La formation dans un domaine particulier comme le management ou encore l’innovation d’entreprises sont à prioriser. Ils permettent à un pays d’avoir des cadres qui peuvent bien mener les activités économiques en maîtrisant le domaine de l’entreprises. La mise en place d’un réseau d’études sont également nécessaire pour le bon parcours des citoyens et qui leurs permettent d’atteindre la réussite. Bien que la gouvernance publique ou l’incertitude économique soient également des éléments clés, la réalité nous montre qu’il est difficile pour un territoire sans infrastructures de progresser et, d’autre part, il est également compliqué pour de magnifiques infrastructures d’exister sans citoyens correctement formés. C’est pourquoi il est frappant de constater le peu d’importance que l’on accorde généralement à ces deux questions au niveau politique. Pour toutes ces raisons, ce n’est jamais le bon moment pour rappeler que l’investissement dans les infrastructures est un engagement pour l’avenir et non une dépense. Et la formation des professionnels est essentielle pour tirer le meilleur parti du potentiel de ces investissements et stimuler la compétitivité et le développement de la région. Si nous comparons le dernier rapport de l’IMD sur la compétitivité parmi les pays ayant le plus haut niveau d’infrastructure et de revenu national par habitant dans la région de l’Amérique latine, nous pouvons voir une corrélation claire entre les deux.

Tout ce qu’il faut savoir pour améliorer la compétitivité d’un pays

L’enseignement est l’un des clés de réussite d’un pays. De ce fait, la construction d’un lycée ou d’autres établissements peut favoriser l’éducation d’un enfant. Des connaissances sur la littérature international est une compétence qu’un citoyen doit avoir pour pouvoir conquérir économiquement le monde. Après, il faut renforcer les études universitaires des citoyens. Il faut mettre en place des domaines comme l’innovation entreprises, le management, la littérature international où ils peuvent apprendre sur les littératures internationales comme la littérature européenne.  Ensuite, la mise en place des centres de formation doit être mise en avant afin d’améliorer les parcours d’une personne après des années d’études. De nos jours, la mobilité international est devenue une tendance à prioriser. Certains pays mettent en place une stratégie faisant appel à un réseau cadre venant de l’union européenne pour améliorer sa compétitivité. Le management des exportations et des relations internationaux sont donc assurés par ce cadre. De ce fait, pour être compétitif, il faut prioriser l’enseignement, les études supérieures, la formation sans négliger la mobilité international pour augmenter la performance et les compétences des citoyens par rapport aux autres citoyens du monde. La mise en place d’un réseau d’entreprise est également une idée à prendre en considération.  Par conséquent, nous pouvons dire qu’investir dans les infrastructures – et, par conséquent, investir dans l’éducation de la population pour qu’elle puisse occuper les emplois qui en découlent – c’est investir dans un avenir meilleur pour le pays et ses citoyens, et il vaut la peine d’insister sur ce point.