Les groupes de presse en France

presse en France

En France, il existe plusieurs groupes de presse. Un groupe de presse est une entreprise qui a la particularité d’éditer un certain nombre de titres de presse, des journaux et des magazines. Ces groupes sont plus ou moins importants. Depuis quelques années ils ont tous été contraint de s’adapter au numérique.

Le groupe Sipa-Ouest France est le plus important groupe de presse en France. Il a subi des baisses notoires de ses recettes publicitaires (–30% pour les petites annonces papier et–3% pour la publicité commerciale). Le chiffre d’affaires a baissé de 4%, représentant 1,080 milliard d’euros, pour un résultat d’exploitation légèrement négatif. Les recettes numériques ont progressé de 6%, à 142 millions. A lui seul, Ouest France a généré 327 millions. Le groupe continue d’investir sur le papier, avec l’achat de deux rotatives  ce qui représente 30 millions d’euros sur trois ans. En seconde position, arrive le groupe Amaury avec un chiffre d’affaires de 670 millions. Le journal l’Equipe et France Football en font partie. Le  lancement de My L’Equipe est la version enrichie et personnalisable du journal sur tablette. Mais le fait d’entreprendre cette innovation n’a néanmoins pas arrêté l’érosion des ventes et la diffusion du titre a régressé. La situation du Parisien, dont la maquette a su s’adapter  aux exigences de la presse actuelle est stable.

 Aujourd’hui en France la presse a perdu 10,3% de lecteurs. Le groupe Amaury a réalisé un chiffre d’affaires de 670 millions d’euros, dont 15% dans le digital. Le groupe Figaro représente un chiffre d’affaires de 510 millions mais il est en recul. Cela s’explique en partie par la mise en place d’un plan d’économie de 18 millions sur deux ans, qui a entraîné le départ de 90 personnes, sur un effectif total de 1 500 salariés. Le numérique a dégagé 125 millions d’euros de recettes. Le groupe va investir des sommes importantes dans le data.

Le groupe Le Monde représente 339 millions de chiffres d’affaires mais est  en baisse. A  cause de la situation du Monde imprimerie (–2,3 millions). Le numérique a généré un chiffre d’affaires de 26,3 millions, en hausse de 9% en un an. Sur la seule référence Le Monde, le digital pèse 13% des recettes. Aujourd’hui, tous les regards se portent vers le Groupe Nouvel Observateur, racheté par le trio Bergé-Niel-Pigasse début 2014. Première conséquence, le rapprochement des régies M Publicité et Régie Obs, avant le développement de synergies commerciales et éditoriales.