Le calorifugeage extérieur des tuyauteries d’eau chaude

tuyauteries d'eau chaude

L’épuisement des réserves d’énergies fossiles et le réchauffement de la planète sont deux problèmes cruciaux face auxquels le monde doit trouver des solutions. Comme la plupart des nations, la France a planifié des mesures en vue, d’une part, de diminuer sa facture énergétique et, d’autre part, de remplacer à terme les énergies polluantes par des énergies vertes.

Dispositifs en vue d’atteindre les objectifs fixés

Depuis 2005, la France a instauré une politique énergétique qui vise, entre autres, la réduction progressive de sa consommation énergétique. Les fournisseurs d’énergie sont ainsi astreints à diminuer leur volume de ventes selon un quota personnel précis. Quand ils atteignent le but imposé, ils reçoivent des Certificats d’Économies d’Énergie (CEE) et dans le cas contraire, ils ont de lourdes pénalités à payer.

Plutôt que de payer ces sanctions onéreuses, les distributeurs d’énergie préfèrent remplir leurs obligations et incitent les clients à entreprendre des travaux de rénovation énergétique ou à renouveler leurs anciennes installations par des nouveaux équipements moins énergivores entrainant des économies d énergie.

L’isolation des tuyauteries d’eau chaude peut ainsi être subventionnée complètement grâce au dispositif des CEE puisque ce sont des travaux qui permettent de réduire sa facture énergétique. Ces travaux peuvent être réalisés aussi bien dans une maison privée, un immeuble, un bâtiment du secteur tertiaire ou du secteur industriel.

Le calorifugeage des tuyauteries d’eau chaude

L’isolation des tuyauteries a pour but d’empêcher la déperdition de calories entre le point de production de chaleur et les points de distribution, robinets ou radiateurs. Tous les tuyaux doivent être couverts d’un revêtement isolant et il est également conseillé d’isoler tout le système y compris la chaudière ou le ballon d’eau sanitaire.

Quand des tuyaux remplis d’eau chaude traversent des endroits non chauffés comme une cave, un garage ou un sous-sol, une partie de la chaleur est perdue si les tuyaux ne sont pas isolés. La perte de chaleur est proportionnelle au diamètre de la canalisation, à la température ambiante et à la distance à parcourir mais elle se solde toujours par un gaspillage qui peut peser lourd sur une année.

Il n’est pas nécessaire de changer toute la tuyauterie, la pose d’un manchon fait d’un matériau calorifuge suffit à maintenir constante la température de l’eau en circulation. Grâce au calorifugeage des canalisations, on garde l’eau à la température programmée au départ ce qui permet de réaliser environ 10% d’économie sur sa facture annuelle de chauffage alors que les travaux d’isolation n’ont rien coûté puisqu’ils sont financés par la prime énergie.

Respecter les normes

Pour bénéficier du financement par les CEE, les travaux de calorifugeage doivent être exécutés par des professionnels respectant les normes imposées par la réglementation thermique en vigueur quant aux matériaux mis en œuvre.

Les normes à respecter font l’objet d’arrêtés qui changent quand il est nécessaire d’intensifier les efforts afin de respecter la politique énergétique fixée par l’État. C’est ainsi que l’arrêté du 3 mai 2007 s’appliquant aux :  » caractéristiques thermiques et performance énergétique des bâtiments existants » a été modifié en 2017, renforçant davantage les exigences en ce qui concerne l’isolation des réseaux de chauffage et d’eau chaude sanitaire.

Mais puisque ces exigences accrues sont assorties d’aides diverses, il serait absurde de ne pas s’y conformer.