Comment trouver un bon syndic de copropriété?

syndic de copropriété

Syndicat professionnel ou non professionnel ? Petit ou grand cabinet ? Quelles clauses dans le contrat ? Autant d’éléments qui rendent difficile le choix d’un bon syndicat de copropriété. En fonction de votre logement, vous devez prendre en compte certains critères.

Faut-il vraiment changer de syndic ?

Si la majorité des copropriétaires se plaignent des prestations du syndic actuel, l’idée d’un changement peut être évoquée, à juste titre. Mais parfois, des petits changements peuvent être effectués pour améliorer la situation et éviter une solution irrémédiable et parfois risquée en cas de poursuites judiciaires.

Si les activités du syndic ne posent pas de problèmes mais que les tarifs sont un peu trop élevés pour les propriétaires, il est souvent recommandé de renégocier les tarifs plutôt que de changer définitivement de prestataire. Un bon syndic peut parfois être dur à trouver, et si les prestations conviennent, mieux vaut conserver ce syndicat.

Si au contraire les prix conviennent mais que les prestations n’atteignent pas un niveau de satisfaction suffisant, il est alors recommandé de mettre les prestataires en concurrence avec d’autres organismes. Pour en savoir plus sur comment changer de syndic de copropriétécliquez ici.

Les critères de choix d’un syndic

Ma copropriété nécessite de faire le bon choix pour le syndic, car il s’agit d’un élément essentiel pour la bonne marche de l’immeuble et des relations de voisinage paisibles. Les copropriétaires doivent surtout décider en fonction de deux critères : la taille de la copropriété et la nécessité de réaliser des travaux d’envergure.

Il existe des petits et des grands cabinets de copropriété, ainsi que des syndics non professionnels. Chaque formule a ses avantages et ses inconvénients, mais en fonction de l’état de votre immeuble, certaines sont plus avantageuses.

Si vous habitez dans une grosse résidence de quelques centaines d’occupants, avec de gros travaux à prévoir, préférez les gros cabinets professionnels qui disposent de plus de moyens. Si au contraire, vous habitez dans une petite copropriété d’une dizaine d’occupants en bon état, un petit cabinet ou un syndic non professionnel peuvent être suffisants.

Attention aux abus

Si tant de copropriétaires ne sont pas très rassurés à l’idée de faire appel à un syndic de copropriété, c’est à cause des abus qui sont loin d’être rares dans la profession. Beaucoup de syndicats font parfaitement leur travail, mais l’on retrouve aussi quelques problèmes liés à des tarifs particulièrement élevés ou des prestations trompeuses. En novembre 2017, un rapport de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) estimait qu’environ 50% des syndics n’étaient pas conformes à la loi.

Pour éviter les mauvaises surprises, avant la signature, vérifiez bien les prestations accordées par le forfait de base et les tarifs des frais administratifs. Si une clause de révision des tarifs est présente dans le contrat mais qu’elle n’est pas accolée à un indice de référence, refusez-là.

Après signature du contrat, n’oubliez pas de vérifier toutes les factures de prestataires et faites attention à de possibles conflits d’intérêts entre les prestataires et le syndic, surtout si vous avez acheté dans le neuf.